sonore
visuel

histoire et actualité
des arts sonores
et audiovisuels

S'inscrire à la newsletter

AGENDA

Exposition
Installation

Céleste Boursier-Mougenot - Videodrones

du 10 février 2012
au 15 Avril 2012
L’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot propose des dispositifs poétiques qui conjuguent le son et le mouvement à partir de situations ou d’objets les plus divers dont il parvient à extraire un potentiel musical. Pour autant, le regard ne manque jamais d’être requis dans les différentes installations réalisées par l’artiste. Pour l’ancienne sacristie du Collège des Bernardins, Céleste Boursier-Mougenot élabore une installation s’inscrivant dans la série commencée en 2000 sous le titre générique de videodrones.

L’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot propose des dispositifs poétiques qui conjuguent le son et le mouvement à partir de situations ou d’objets les plus divers dont il parvient à extraire un potentiel musical. Pour autant, le regard ne manque jamais d’être requis dans les différentes installations réalisées par l’artiste. Pour l’ancienne sacristie du Collège des Bernardins, Céleste Boursier-Mougenot élabore une installation s’inscrivant dans la série commencée en 2000 sous le titre générique de videodrones.

Dans cette série, il utilise le principe technique éponyme qui constitue un système musical dont la source sonore est l’image. La sortie vidéo d’une caméra connectée à l’entrée d’un amplificateur audio produit un bourdonnement continu, génère un drone qui module en fonction de la quantité de lumière captée par la caméra, de la luminosité, de la vitesse et de la taille des objets qui traversent son cadre. Le traitement consiste à effectuer la transduction audio du signal vidéo puis à extraire et à amplifier les modulations du signal pour activer des filtres audio qui agissent sur lui, l’accordent ou le colorent. Plusieurs caméras vidéo sont placées à l’extérieur ou aux alentours du Collège des Bernardins pour filmer en plan continu l’activité environnante (passage de véhicules et de gens dans la rue). Les images captées par les caméras sont diffusées en direct et en continu sur cinq écrans placés sur les murs ouest et nord de l’ancienne sacristie.
La diffusion simultanée des images, des objets en mouvement, filmés selon différents points de vue, recompose la réalité. La multiplicité et le surdimensionnement des projections empêchent alors une lecture exhaustive et plongent le visiteur dans une réalité seconde, propice à l’écoute. Un dispositif spécifique d’accueil des visiteurs favorise la réflexion sur ces flux urbains, ces mouvements de la ville qui s’invitent à l’intérieur des murs de l’ancienne sacristie, entrant ainsi en résonance avec la vocation du Collège des Bernardins de réfléchir et de faire réfléchir sur notre monde et sa contemporanéité. 

Publié par Benoît Montigné

En ce moment / À venir

Chargement des événements...